mardi, juillet 18, 2006

Revue de Presse

Benallal Kamal benallalk@yahoo.fr
الصحراء المغربية 14 07 2006
تقديم التقرير السنوي وعرض حول حقوق الإنسان في النصف الأول من: 2006 الجمعية المغربية لحقوق الإنسان تنضم إلى معارضي قوانين انتخابات 2007


Al Bayane 14 07 2006
L’inexplicable intervention des forces de l¹ordre devant le sinistre PF3

Le journal hebdomadaire
Les Baâmranis en colère
Bouarfa, l'insurgée
Années de plomb: Pèlerinage au PF3
Gauche: Pourquoi Sassi dérange?
Une société civile à responsabilité limitée ?

Le matin du sahara 15 07 2006
Départs volontaires : le tour des communes va venir
Des femmes voilées et branchées à Casablanca


الصحراء المغربية 14 07 2006
تقديم التقرير السنوي وعرض حول حقوق الإنسان في النصف الأول من: 2006 الجمعية المغربية لحقوق الإنسان تنضم إلى معارضي قوانين انتخابات 2007
انضمت الجمعية المغربية لحقوق الإنسان إلى قافلة المعارضين للقوانين الانتخابية الجديدة، وفق ما جاء في تقريرها السنوي لعام 2005 الذي قدمته يوم الثلاثاء المنصرم بالرباط

وقدمت الجمعية عرضا آخر حول أبرز المعطيات المرتبطة بأوضاع حقوق الإنسان من فاتح يناير إلى 30 يونيو 2006 .وجاء التقرير في عمومه سلبيا في نظرته للتطورات الحاصلة في مجال حقوق الإنسان بالمغرب، إذ اعتبرت الجمعية أن الانتكاسات والتراجعات كانت أكبر من الإنجازات الإيجابية كما اعتبرت أن نمط الاقتراع الذي اعتمدته الحكومة يعبر عن تراجع خطير عن أبسط قواعد الديموقراطية، ويهدف في رأيها إلى إقصاء الأحزاب السياسية الصغرى، أو التي لم تشارك في انتخابات 2002، من المشاركة المستقلة في الانتخابات البرلمانية لسنة 2007 وأكدت الجمعية في السياق نفسه أنها مازالت تولي أهمية قصوى للمسألة الدستورية باعتبار أن »الدستور الديموقراطي، صياغة ومضمونا ومصادقة، هو المدخل الجوهري لبناء دولة الحق والقانون وبناء أسس ديموقراطية كفيلة بتوفير شروط احترام حقوق الإنسان وبخصوص ملاءمة القوانين الوطنية مع العهود والاتفاقيات الدولية، سجلت الجمعية بإيجابية صدور قانون حول تجريم التعذيب، لكنها بالمقابل اعتبرت أن قانون الأحزاب وقانون زجر إهانة العلم ورموز المملكة المصادق عليهما أخيرا، يتضمنان عددا من التراجعات في مجال حقوق الإنسان .كما أن مشروع القانون التنظيمي للإضراب في صيغته ليناير 2005 يتضمن تراجعات خطيرة بشأن ممارسة حق الإضراب، والمصادقة عليه ستؤدي إلى تكبيل الحق في ممارسة الإضراب وفي مجال حرية التعبير والصحافة لاحظت الجمعية أنه تمت مضايقة العديد من الصحف خاصة منها "المستقلة" واعتبرت أن القضاء استعمل في بعض قضايا النشر بهدف معاقبة عدد من الجرائد وحرمانها بالتالي من الصدور .وبخصوص ملف الانتهاكات الجسيمة سجلت الجمعية أن هيئة الإنصاف والمصالحة بعد سنتين من العمل لم تتمكن من المعالجة الشاملة لملف الانتهاكات الذي مايزال برأيها مفتوحا.واعتبرت الجمعية في هذا السياق أن الحقيقة ظلت جزئية وناقصة سواء على مستوى تشخيص الانتهاكات الجسيمة أو على مستوى تحديد المسؤوليات الفردية والمؤسساتية بشأنها، كما أن العدل لم يتحقق باعتبار موقف الهيئة السلبي من المساءلة وعدم الإفلات من العقاب، وجبر الأضرار سيكون جزئيا وضئيلا، وتم أحيانا المس بالحفاظ على الذاكرة.وذكرت الجمعية في تقريرها بأن القرارات والتوصيات الصادرة عن هيئة الإنصاف والمصالحة التي اعتبرتها إيجابية رغم طابعها الجزئي، قد مرت أزيد من 7 أشهر على إصدارها دون أن يتم الشروع في تطبيقها وأشارت إلى انتقادات الضحايا الشديد لهذا التأخير.وبالنسبة إلى تصديق المغرب على الاتفاقيات بشأن حقوق الإنسان، سجلت الجمعية تردد المغرب، في المصادقة على البروتوكول الاختياري بشأن إلغاء عقوبة الإعدام، وعلى النظام الأساسي للمحكمة الجنائية الدولية، وعلى اتفاقية مناهضة الرشوة، وعلى البروتوكول الاختياري الملحق باتفاقية مناهضة جميع أشكال التمييز ضد المرأة، وعلى البروتوكول الاختياري الملحق باتفاقية مناهضة التعذيب وعلى الاتفاقية رقم 87 حول الحريات النقابية الصادرة عن منظمة العمل الدولية .وذكرت أيضا بأن المغرب مازال يتردد في رفع التحفظات حول اتفاقية مناهضة جميع أشكال التمييز ضد المرأة، واتفاقية حقوق الطفل.وفي مجال حقوق المرأة، سجلت الجمعية أن قانون الأسرة لم يمكن من خلق علاقات متوازنة تحترم مبدأ المساواة بين الرجل والمرأة ومازالت تعترض تطبيقه عدة عراقيل نتيجة لدور القضاء الشرعي المتسم بضعف الكفاءة وبالعقلية المحافظة ناهيك عن ضعف الاستقلالية ودور الرشوة.ونوهت الهيئة بإقرار السلطات بحق المرأة المغربية المتزوجة بأجنبي على غرار الرجل في إعطاء جنسيتها لطفلها.لكنها آخذت هذه السلطات بعدم إصدار القانون المتعلق بهذا الحق لحد الآن.وأيضا تأييدها لانطلاق المبادرة من أجل تمكين النساء من ثلث المناصب البرلمانية في أفق المناصفة.وإصدار المجلس الأعلى للعلماء لفتوى بعدم جواز إمامة المرأة للرجال وهو ما اعتبرته الجمعية إجراء تمييزيا في حق المرأة.واستمرار معاناة المرأة من انتهاك الحقوق الاقتصادية والاجتماعية والثقافية بشكل أقوى من معاناة الرجل في هذا المجال.وبالنسبة إلى حقوق الطفل، فإن أبرز الانتهاكات التي لمستها الجمعية في سنة 2005 تتعلق باستمرار تشغيل الأطفال دون سن 15 سنة القانوني (خاصة خادمات البيوت والقطاع الفلاحي) والاستغلال الجنسي للأطفال، واستعمال العنف ضدهم في المدرسة، ومن طرف الأسرة على الخصوص. مريم زريرة

Al Bayane 14 07 2006
L’inexplicable intervention des forces de l¹ordre devant le sinistre PF3
Contre un sit-in de solidarité avec les familles des disparus politiques
C’était un sit-in symbolique qu’on voulait organiser mercredi dernier à Rabat, devant le PF3, à Rabat. Bien organisé, dûment encadré et discipliné. Une petite manifestation dont la date choisie coïncidait avec le jour de l’évasion de Akka, de Ababou et des frères Bouirkate. Organisé par Le Forum Vérité et Justice et le Comité de coordination des familles des disparus, avec le soutien de l’Association marocaine des droits de l’Homme, le sit-in voulait signifier qu’aucune victime, même celles dont le sort reste inconnu, n’est oubliée. Autre signification: montrer l’évolution des droits de l’Homme que connaît le pays. Mais les forces de l’ordre en ont voulu autrement. Le PF3, c’est le centre de torture et de tout ce qui n’avait rien d’humain, sis à Bir Errami, au km 11, routes des Zaërs. Certains pensent même qu’il devrait contenir les corps de plusieurs victimes de la torture et des disparus durant les années de plomb. Les manifestants, de Rabat et de Casablanca, voulaient s’y rendre, d’autant plus que personne ni aucune ONG n’y avait droit d’accès. Les manifestants, composés de militants des droits humains et de membre de familles de disparus politiques, s’y sont donc donné rendez-vous. Deux cars allaient transporter les personnes qui devaient faire le déplacement de Casablanca à Rabat. L’un à partir de la place Maréchal et l’autre du devant la maison de Manouzi à Bourgogne. Mais les forces de l’ordre ne voyaient pas les choses ainsi. Ils ont tout simplement empêché les deux véhicules de prendre la route sous prétexte d’absence d’autorisation. C’est fallacieux, diraient les organisateurs, d’autant plus que les cars loués samedi derniers par les islamistes, à l’occasion de la manifestation avec le peuple palestinien à Rabat, ont été tolérés. Mais militants des droits humains et membres de famille des disparus, une centaine, n’ont pas désarmé pour autant. Ils ont décidé de se rendre au sinistre PF3 en voiture. Mais que fut grande leur surprise quand ils furent accueillis par un sérieux cordon de sécurité. Les forces de l’ordre ont tout fait pour perturber le sit-in et disperser les personnes présentes. Les mots «sit-in pacifique» ne signifiaient rien pour elles. Commentaire d’un membre du Forum Vérité et Justice: «Le sit-in que nous voulions organiser était comme tant d’autres, avec des gens pacifiques et responsables, pour montrer qu’il y a réellement du changement. Seulement, une certaine mentalité du passé persiste toujours chez d’aucuns. Comment donc pouvoir se réconcilier avec son passé?» A. Jamali

Le journal hebdomadaire
Les Baâmranis en colère
Sidi Ifni se révolte. Les jeunes de la ville, encadrés par un "secrétariat local" qui compte dans ses rangs une large frange de la société civile ainsi que des représentants des diplômés-chômeurs, ont défié les autorités publiques et manifesté massivement contre les conditions de vie dans cette ville de 20.000 habitants. Et pour cause, les promesses tenues par les autorités après les manifestations d'août dernier n'ont tout simplement pas été tenues. Tout a commencé le vendredi 30 juin. La ville se prépare à célébrer le 37ème anniversaire du retour de Sidi Ifni au sein du pays. Une célébration qui n'était pas du goût d'une large frange de la population. La commémoration tourne alors à l'affrontement. Le gouverneur de Tiznit, dont dépend Sidi Ifni, et le haut-commissaire aux anciens combattants, vont être la cible de jets de pierres. Selon des sources sur place, la frustration des habitants de Sidi Ifni est à la hauteur du délabrement que vit la ville. Des conditions qui poussent les Baâmranis à demander le rattachement de la ville à la région de Guelmim-Smara pour bénéficier des faveurs qu'accorde le régime aux populations sahraouies. Les manifestations ont redémarré le lundi 3 juillet. Les jeunes manifestants ont d'ailleurs donné encore plus de la voix. Et les revendications étaient scandées devant les bâtiments de la municipalité : doter la ville d'une préfecture, construire la route côtière entre Sidi Ifni et Tan Tan, finir les travaux du port de pêche puis trouver du travail aux jeunes. Pour mater la révolte des jeunes, les autorités se sont attaqué aux «meneurs», les 17 membres du "secrétariat local" qui feront l'objet d'une arrestation, le jour suivant. Ce qui va provoquer l'exaspération des manifestants jusqu'à pousser les autorités de Tiznit à les relaxer. Un acte insuffisant pour faire tomber la colère d'une population marginalisée et enclavée.

Bouarfa, l'insurgée
Dans cette ville de l'Oriental, marginalisée depuis des années, les habitants ont décidé, en septembre dernier, de migrer en masse vers l'Algérie. Dans cette ville où une bonne partie de la population n'a pas de travail et vit dans des conditions indécentes, la révolte s'est transformée en véritable sentiment de «Hogra». La colère des Bouârfaouis aurait pu dégénérer sans la présence de Kebbouri Seddik, responsable de la section locale de l'AMDH et membre d'Annahj Adimocrati. Depuis le déclenchement des mouvements de protestation, cet enseignant de langue arabe et natif de la région a su encadrer la foule, tout en affrontant les responsables de la ville. Résultat: des promesses de la part de la préfecture de faire bénéficier les hommes de la ville du programme de l'entraide nationale, la «kanza»: douze jours de travail pour 540 Dhs! «Ce n'est pas de cette manière que les problèmes de la ville se résoudront. Finie la kanza, on se retrouve au chômage. Et il faut attendre des semaines, voire des mois avant de pouvoir en bénéficier. Ce qu'il faut, c'est une véritable stratégie pour sortir la ville de son isolement », lance M. Seddik.

Années de plomb: Pèlerinage au PF3
A l'initiative du Forum vérité et justice (FMVJ), un sit-in est organisé le mercredi 12 juillet devant le PF3 (Point fixe 3), un des centres historiques de la disparition forcée. Situé à Bir Errami, sur la route de Zaër à Rabat, ce centre d'infamie a connu les pires tortures perpétrées durant les années de la honte. La rumeur parle même de la possibilité que les restes de Mehdi Ben Barka y soient enterrés. Pour mémoire, la nature de ce centre a été dévoilée après qu'un groupe de détenus ait réussi à s'évader, le 12 juillet 1975.Cette commémoration, qui marque le 21ème anniversaire de cette évasion, vient à point nommé pour rappeler à l'IER et au CCDH que le dossier des années de plomb ne peut être clos sans que la vérité soit dévoilée sur le sort de Manouzi, Ben Barka, Akka, Mzirak, Ababou et autres Achalat.

Gauche: Pourquoi Sassi dérange?
Si la stratégie de Mohammed Sassi et de ses amis du Parti Socialiste Unifié (PSU) doit être jugée à l'aune des craintes qu'ils font naître chez leurs adversaires politiques, alors c'est un véritable succès. Car il faut que le danger PSU soit vraiment grand pour que l'Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) inspire et appuie mordicus une loi dont la plupart des observateurs s'accordent à dire que c'est une loi anti-démocratique et … anti-PSU. D'autant que des membres aussi éminents de la majorité gouvernementale tels que l'Istiqlal et le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) en sont à se laver les mains d'une loi qui embarrasse de plus en plus. Même le Parti de la Justice et du Développement (PJD), auquel la loi devrait en principe bénéficier, s'est rangé du côté de ceux qui s'y opposent. Motif officiel, elle est anti-démocratique. Motif électoraliste et moins avouable : Le PJD a moins à perdre que l'USFP et puis quelle belle opportunité de jouer les démocrates en défendant le droit des "petits" partis de gauche à participer aux élections. Sueurs froidesL'opération est en fait tout bénéf pour les islamistes. Mais pourquoi l'USFP, pourtant créditée de 17% des votes par le fameux sondage de l'Institut Républicain International publié en décembre 2005, et force ultra-dominante de la gauche marocaine aurait-elle des sueurs froides à l'idée de voir le PSU présent au scrutin de 2007 ? Justement, le sondage de l'IRI montre surtout que l'électorat marocain est indécis. A part les abstentionnistes, plus de 47 % des sondés affirmant vouloir voter se disent indécis. A la question de devoir choisir quand même un parti, de nombreux indécis choisissent les islamistes du Parti de la Justice et du Développement (PJD), et d'autres, 5% des votants, choisissent l'USFP. Et c'est là où les stratèges du parti dirigé par Mohammed Elyazghi ont des sueurs froides. Car il se pourrait bien que l'émergence d'un parti de la gauche démocratique crédible vienne remettre en question la prééminence de l'USFP dans le camp progressiste. Si le PSU parvient à attirer les 5% d'indécis qui se reporteraient sur l'USFP cela fait déjà une base non négligeable pour les amis de Sassi. Ce n'est pas tout. Si comme le pensent nombre d'analystes, les indécis du PJD sont attirés davantage par la réputation de probité du parti dirigé par Sâad Eddine El Othmani plutôt que par son référentiel religieux, alors le PSU a de sérieux atouts pour les séduire. Composé majoritairement des membres de l'ex-courant de l'USFP, Fidélité à la Démocratie et des anciens de l'Organisation pour l'Action Démocratique Populaire (OADP) du très respecté Mohammed Aït Idder Bensaïd, le PSU ne manque pas de symboles de rectitude morale mais aussi de cohérence politique. Fidélité à la Démocratie et l'OADP avaient, en leur temps, payé le prix politique de cette cohérence politique. En remettant en cause les conditions dans lesquelles s'était opérée l'alternance en 1998 et en exigeant le respect de principes de démocratie interne, le groupe de Fidélité à la Démocratie s'était confronté à la direction de l'USFP.Des politiques respectésPrenant acte du niet des Elyazghi et consorts, les Sassi, Akesbi et Hafid, tous jouissant d'un vrai prestige auprès des militants de l'USFP, décidaient de quitter le parti fondé par Abderrahim Bouabid. Refusant ainsi les ors d'une relation privilégiée avec le Palais. Un comportement qui a fortement contrasté avec la course effrénée aux postes ministériels et les combats de chiffonniers qui ont caractérisé l'USFP après leur départ. Quant à l'OADP, le refus de la Constitution de 1996 a été sanctionné par une scission fomentée au ministère de l'Intérieur de Driss Basri. Signe des temps, la plupart de ceux qui avaient quitté l'OADP se retrouvent aujourd'hui à l'USFP. L'attitude de Fidélité à la Démocratie et de l'OADP été toutefois critiquée pour son manque de réalisme. Sans nier la sincérité de leur politique, leurs critiques leur reprochaient une vision romantique, voir nihiliste, refusant de prendre en compte l'évolution des institutions du pays. Le renvoi d'Abderrahmane Youssoufi de la primature et le retour de la réforme constitutionnelle au premier plan semble valider leurs thèses. Les ratés de gouvernance du règne de Mohammed VI renforcent aussi leur stratégie d'exiger plus de garanties institutionnelles contre l'hégémonisme de la monarchie. Voilà pour le fond. Sur le plan organisationnel, la création du PSU après le creux de la Gauche Socialiste Unifiée (GSU), permet en fait aux deux principales forces de la gauche non gouvernementale, Fidélité et l'OADP, de réaliser enfin une union souhaitée par leurs militants depuis quelques années déjà. D'un autre côté, le PSU est beaucoup mieux placé pour servir de point d'ancrage à plusieurs partis de gauche plus radicaux comme le Parti de l'Avant Garde Démocratique et Socialiste (PADS), Annahj Addimocrati et les partis issus de la Confédération Démocratique du Travail (CDT) qui ne veulent surtout pas entendre parler d'une alliance avec l'USFP. Ce dernier paie les mœurs politiques de sa direction. Pressé de faire le vide au sommet, Mohammed Elyazghi s'est aliéné les autres mouvements de gauche et s'est brouillé durablement avec ceux qui auraient dû être ses alliés naturels dans un scrutin électoral. Les fondateurs du PSU ont par contre réussi à maintenir des relations assez bonnes pour envisager des stratégies d'alliances intéressantes. La décision récente de la direction du parti d'appuyer les candidats du PPS, pourtant membre de la majorité gouvernementale, aux élections de la deuxième Chambre, est une pierre dans le jardin de l'USFP. Elle renforce l'aile de l'USFP qui pense que son positionnement idéologique en fait un allié naturel des formations de la gauche démocratique, plutôt que des majorités gouvernementales fourre-tout fabriquées par le régime, et dans lesquelles l'USFP n'a aucun mal à se complaire. Ou plutôt la direction de l'USFP, la nuance est importante. Car les voix dissonantes commencent à se faire entendre. Marchandage avec le Palais ?Mohammed El Gahs n'est pas vraiment en faveur de la loi électorale et le fait savoir. Le préjudice en terme d'image est considérable et l'USFP ne peut survivre en persistant à fouler aux pieds ses principes de partis de gauche démocratique. Certains l'ont compris. Certains soupçonnent la direction du parti de marchander avec la monarchie. Une sorte de donnant-donnant. Vous appuyez cette loi qui nous octroie un monopole de la gauche autorisé à concourir dans les élections, une sorte de "grima", et on met de l'eau dans notre vin concernant la réforme constitutionnelle. Car les échos du Palais sur cette épineuse question n'augurent rien de bon. On raconte que le roi ne veut pas entendre parler de limitationde ses pouvoirs, conséquence inévitable d'une réforme constitutionnelle digne de ce nom.Justement, le PSU est le parti ayant présenté le projet de réforme le plus cohérent. Le passé de ses dirigeants atteste, en plus, de leur sérieux. Ils ne marchanderont pas une réformette contre une place au gouvernement. Dans ces conditions, la "malléabilité" de l'USFP est attrayante. Il est dommage que pour la construction démocratique du pays et le contrepoids nécessaire à apporter au conservatisme du PJD, l'USFP préfère concentrer le tir sur la gauche démocratique. Elle fragilise sa survie à long terme car elle se délégitimise et retarde l'émergence d'une alternative démocratique et progressiste dans laquelle elle aurait pu jouer un rôle central. Il semblerait que les carrières ministérielles de ses dirigeants soient prioritaires. Dommage. Par Omar Brouksy & Aboubakr Jamaï

Une société civile à responsabilité limitée ?
À l'approche des élections législatives en 2007, la société civile s'intéresse de plus en plus à la chose politique. Réunions, soirées et débats autour du même sujet : la probable victoire des islamistes. Le cas de l'association 2007 Daba intrigue.
A quatorze mois des prochaines législatives, et après la publication par Le Journal Hebdomadaire, début mars, d'un sondage de l'Institut américain républicain (IRI) au Maroc, plaçant le parti islamiste le PJD en pôle position lors du prochain scrutin, prévu en septembre 2007, l'inquiétude monte donc aussi bien au sein du Pouvoir qu'au niveau de certains représentants aisés de la société civile.L'idée d'un bloc anti-islamiste semble faire son chemin. Dans les salons de Souissi ou ceux d'Anfa, on parle bien sûr de tout, mais on discute souvent de "faire quelque chose. On ne doit pas rester les bras croisés", répète-t-on avec ce sentiment insoutenable d'"impuissance" face à l'imminence du péril vert. Peut-on inscrire alors la soirée politico- mondaine organisée, le 21 juin dernier, dans une villa d'Anfa, dans le cadre de la mobilisation anti-islamiste menée par certains nouveaux représentants de la société civile ? Des politiques de gauche, des hommes d'affaires ainsi qu'une pléthore de personnalités d'horizons divers, de Casablanca et Rabat, ont discuté du nécessaire soutien que la société civile, toutes catégories sociales confondues, doit apporter aux démocrates de ce pays.
Hommes d'affaires, politiques, acteurs associatifs…Des politiques comme Ali Bouabid et Nezha Chekrouni de l'USFP, Omar Belal du PPS, et des hommes d'affaires comme Kamil Benjelloun ou Abdelmalek Kettani, des acteurs associatifs comme Mohamed Mjid et Noureddine Ayouche, mais aussi des intellectuels comme Mohamed Ayadi et Rida Lemrini ou encore la championne olympique Nawal Moutaouakil, ont débattu à bâtons rompus de sujets essentiellement relatifs aux élections de 2007. Sans aller jusqu'à crier haut et fort "tous contre les islamistes", les interventions des invités ainsi que le débat ont été pourtant véhiculés par un seul leitmotiv : les enjeux politiques des élections de 2007 ! "C'était un débat sérieux et pluriel où tout un chacun a exprimé son point de vue politique d'une manière réfléchie et sereine", commente Mohamed El Ayadi, politologue et membre de 2007 Daba. Ce dernier nous a confirmé que son association et son président étaient des invités comme les autres à cette rencontre. Pourtant, d'autres convives à cette soirée ne partagent pas cet avis. Mohamed Laâroussi, publicitaire et membre d'Alternatives, lui, parle d'une rencontre où le débat tournait bien autour de la stratégie à adopter pour endiguer l'avancée des islamistes. (lire son Interview). Riches des quartiers cossus contre gueux barbus ? L'image est fausse, voire dangereuse. « Tout citoyen a le droit de revendiquer et de défendre le projet politique qui lui convient et cela dans le respect de l'autre, bien sûr. Et c'est là peut-être tout l'intérêt de la Garden Party d'Anfa qui a, malgré tout, le mérite de réunir des élites marocaines pour débattre des échéances aussi cruciales que celles de 2007 », explique Rida Lemrini qui, lui aussi, a pris part à cette réunion. Ce type de rencontre permettent l'émergence d'une conscience citoyenne fusse-t-elle pour s'opposer à un courant politique particulier. Ceci dit, ce genre d'initiatives louables, ainsi que d'actions menées par certains membres en vue de la société civile appellent à une clarification. La proximité de certaines vedettes de la société civile avec la monarchie fait craindre une dynamique dirigée, voire fabriquée, par le régime. Une occurrence d'autant plus dangereuse qu'elle vide de sa crédibilité ce type d'initiative et renforce paradoxalement les ….islamistes. Entrevue avec le roiLe cas de 2007 Daba intrigue. L'idée d'association a-t-elle été suscitée par le Palais ? Selon Jeune Afrique, dans son édition du 30 avril 2006 et le sous-titre sensationnel "A quoi sert Ayouche ?", on peut lire qu'« au cours d'une soirée privée donnée par Mohammed VI, à la mi-avril, les invités, quelque 70 personnes, ont remarqué que le roi s'est isolé pendant deux bonnes heures avec Noureddine Ayouche.(…). Nul ne sait ce que les deux hommes se sont dit. Mais, le lendemain de la réception, Ayouche a annoncé la création d'une association intitulée "2007 Daba" (…) ». Cette information n'a jamais été démentie par l'intéressé qui, depuis, défend pourtant becs et ongles la "spontanéité", la "sincérité" et la "citoyenneté" de son initiative. « Cette idée germe dans ma tête depuis un an. La société civile a le devoir de s'activer pour participer au réveil d'une conscience politique que le Marocain a perdue », tient-il à rappeler à chaque fois qu'il est interpellé à ce sujet. A la mi-mars, et dans un numéro spécial consacré et vendu au Maroc, Le nouvel Observateur présente Noureddine Ayouche, dans un article rédigé par Sara Daniel, comme un des nouveaux représentants de la société civile du royaume qui "depuis quelque temps, a l'oreille du roi qui sollicite souvent son avis. Il ne fait pas mystère du dédain royal pour les partis et le gouvernement : « Le roi a été déçu par la timidité du gouvernement. Les ministres n'ont pas su s'imposer. Et c'est pour cela que le roi a dû gouverner à leur place... Ce sont deux ou trois partis forts que "M6" aimerait avoir en face de lui ». Sara Daniel écrira également que pour "circonvenir les incompétents, Ayouche recommande au roi de dialoguer avec le PJD". La présence au début de l'aventure 2007 Daba de Moulay Hafid Elalamy, candidat quasi-officiel du Palais à la CGEM, renforce la suspicion à l'égard du projet. Là encore, cela ne remet pas en cause la sincérité des promoteurs de l'initiative. Nombre d'entre eux affirment, à raison, nourrir et activer le débat pour pousser les Marocains à la participation démocratique. Taieb Chadi

Le matin du sahara 15 07 2006
Départs volontaires : le tour des communes va venir
Rebelote. Après l'Administration c'est au tour des Collectivités locales de dégraisser. L'ayant annoncée en novembre 2005, Mohamed Boussaïd, ministre de la Modernisation des secteurs publics, revient à la charge pour confirmer l'approche de l'opération pour le deuxième mammouth. En effet, les 1.547 communes que compte le Maroc se lanceront dans le feuilleton des départs volontaires pour économiser en budget de fonctionnement, rajeunir le personnel et par la même occasion lutter contre le phénomène des fonctionnaires fantômes (voir encadré).
Mais si, pour l'Administration, c'est le département de Boussaïd qui a chapeauté l'opération, la situation sera différente pour les communes. C'est le ministère de l'Intérieur qui devra s'en charger.L'Etat veut donc aller dans le même sillage de la première expérience qui lui a permis de réaliser un gain de 17 milliards de DH en une seule année. Voilà donc plus de 7 mois que le ministre a bien souligné que le montage financier pour conduire l'opération au profit des Collectivités locales était finalisé. Il avait aussi précisé que celle-ci devra concerner au moins 12.000 personnes.Pour avoir une idée sur le nombre des fonctionnaires pouvant profiter du départ, il suffit de savoir que celui du personnel ayant atteint l'âge de la retraite anticipée dans les communes est de 20.000 personnes. A ce propos, les responsables de la Direction générale des Collectivités locales (DGCL) s'attendent à ce que 50 % quittent en départs volontaires.Toutefois, ce chiffre paraît modeste comparé à l'effectif global des collectivités, soit 95.000 titulaires et 50.000 temporaires. Par ailleurs, les responsables de la DGCL soulignent que l'opération sera beaucoup plus bénéfique pour les communes dont les seuls salaires consomment entre 35 et 80 % de leurs budgets.A Casablanca, par exemple, 50 % des budgets des communes vont aux rémunérations salariales. Bien avant Boussaïd, l'ancien ministre de l'Intérieur, Mustapha Sahel, s'était engagé à mettre en place un système de départ volontaire dédié aux fonctionnaires des CL en réaction à des demandes pressantes de la part de parlementaires.En tout cas, ses collaborateurs avaient affirmé qu'au moins sur le plan des indemnités, les fonctionnaires des communes bénéficieront des mêmes avantages que leurs prédécesseurs. Ce qui veut dire que la même formule, d'un mois et demi par an pour une limite de 36 mois et 50 % pour la durée restante, sera de mise. S'y ajoute le fait que le même procédé basé sur un commun accord entre le bénéficiaire et son administration sera maintenu pour le cas des communes. Le seul hic a trait au financement de l'opération. En effet, contrairement aux administrations dont les frais des départs volontaires ont été pris en charge par l'Etat, les communes, qui jouissent de l'autonomie financière et administrative, doivent mettre la main à la poche. Cette particularité figure parmi les raisons qui ont retardé la mise en branle de la machine des départs volontaires dans les Collectivités. Plusieurs communes se sont montrées récalcitrantes vis-à-vis de ce processus qui les obligerait à charcuter leurs budgets d'investissement déjà réduits.La problématique se pose aussi avec acuité pour les communes rurales dont les ressources sont limitées. En revanche, l'opération ne peut qu'être profitable pour certaines communes riches des grandes villes où le sureffectif est souvent pointé du doigt comme une des multiples raisons du manque d'efficacité en matière de gestion locale.Outre la mauvaise gestion, les communes ont toujours souffert des procédures lourdes et du retard d'affectation des budgets. Une situation qui embarrasse les présidents des communes, obligés de rendre des comptes aux walis. Pour certaines Collectivités, les ressources émanant de la TVA ne dépassent pas les 400.000 DH alors que les engagements pris dans le cadre des prêts contractés avec le Fonds d'équipement communal (FEC) représentent une pression de plus.
Haro sur les fonctionnaires fantômesIl y a un an, une circulaire du Premier ministre s'est attaquée au phénomène des fonctionnaires fantômes. Elle avait enjoint les responsables des Ressources humaines dans les ministères et administrations publiques d'établir des listes électroniques des noms des fonctionnaires.La circulaire précisait, par ailleurs, que "pour une bonne gestion des RH, il faut que le paiement des salaires soit lié au degré d'engagement des fonctionnaires dans les tâches qui leur sont dévolues". Elle n'a pas manqué, d'autre part, de fustiger l'absentéisme injustifié et le laxisme qui sont monnaie courante dans les administrations.Avec l'établissement de listes précises, gérées par le ministère de la Modernisation des secteurs publics et régulièrement mises à jour, il devient difficile que des intrus puissent s'y faufiler. Reste à savoir si l'esprit de la circulaire est aujourd'hui toujours respecté ou si une fois l'effet d'annonce passé, elle a été jetée aux oubliettes. Mostafa Bentak

Des femmes voilées et branchées à Casablanca
Un phénomène de mode après le 11 Septembre

Voiles roses, oranges, avec des motifs tendance, assortis à leur vêtement de marques européennes et même portés avec un jean moulant taille basse : des Marocaines de Casablanca ont décidé de porter le foulard islamique mais refusent de tirer un trait sur la mode.«Porter le hijab n'est pas toujours facile. Pour moi, ça implique un changement d'attitude : fini les maillots de bain, les jupes. Mais je n'ai pas la force de renoncer à la mode !», dit Nadia, une jolie étudiante en architecture de 25 ans.«Je ne me sens pas prête pour me voiler de couleur sombre comme ça se fait habituellement», ajoute-t-elle. Son châle, assorti à sa tunique achetée dans un grand magasin espagnol, est bleu turquoise, avec des fleurs marron brodées et de faux diamants cousus. Aucun cheveu ne dépasse. Pour souligner son regard, un léger trait de khol, le crayon noir arabe.En cette période de soldes, Nadia déambule dans l'une des deux grandes tours du «Twin center» dans le Maârif, le quartier d'affaires de la capitale économique du pays.Dans ce quartier occidentalisé, où la majorité des Marocaines ne sont pas voilées, les femmes portent le châle «à la traditionnelle», c'est-à-dire avec une djellaba, grande robe avec capuche, ou bien avec des habits larges ou encore avec un jean. A quelques kilomètres de là, des femmes sont couvertes de noir de la tête aux pieds.Asma, comptable de 29 ans, se lève tous les matins à 4 heures pour faire sa prière. Elle est à la recherche d'un voile rose. «C'est plus facile d'être acceptée avec un foulard coloré, notamment au travail», assure-t-elle, affirmant qu'«on refuse d'accorder certains postes aux femmes voilées».Elle trouve finalement son bonheur dans un magasin d'accessoires où sont vendus bijoux, maquillage et foulards.Les boutiques spécialisées dans le commerce des «voiles branchés» se sont multipliées ces dernières années. Le premier magasin «Diamantine», qui domine le marché, a ouvert en 2003. Depuis, douze autres ont ouvert leurs portes, dont neuf à Casablanca, essentiellement dans les quartiers aisés. Dans chacune des boutiques, des centaines de foulards sont suspendus. Ils coûtent en moyenne 160 dirhams (13 euros). «Ca marche bien !», se réjouit Rachid, le gérant d'une autre enseigne, Starfoulard, pleine à craquer. «Les femmes portent de plus en plus le voile», assure-t-il. «J'aimerais qu'elles le portent encore plus, non seulement parce que c'est requis dans l'islam, mais aussi parce que moi, je gagnerais plus d'argent !».«Il y a un phénomène de mode», affirme pour sa part Nadia. «Après le 11 Septembre, il y a eu un repli identitaire, une volonté de s'affirmer musulman. Donc des jeunes femmes se sont mises à porter le voile».Mais elle s'empresse d'ajouter que pour elle, «c'est différent». «Le voile est le fruit d'une année de réflexion. Je ressentais le besoin d'être en accord avec la religion».«Je me sens mieux avec le voile. Il m'impose une discipline. Plus question pour moi de sortir en boîte de nuit», poursuit-elle. «La prochaine étape, c'est de me détacher de la mode. Ce que l'Islam propose est bien plus beau que ça», conclut-elle.A la sortie de Starfoulard, une autre femme, vêtue d'une djellaba marron avec un voile foncé, n'en pense pas moins : «On ne se voile pas pour être à la mode, bien au contraire. Mais au moins, ces filles ne se baladent pas cheveux à l'air et c'est déjà mieux que rien !», lance-t-elle.Le Maroc se réclame d'un Islam tolérant. A l'instar des autres pays arabo-musulmans, il ne dispose pas de statistiques officielles sur les femmes voilées. Leur nombre varie selon les régions, les villes voire les quartiers. AFP

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Google Groups Abonnement au Reporters Sans Limites Press Google Groupes الإنخراط في صحافيون بلا قيود
E-mail :
Consulter les archives sur groups.google.fr
  • صحافيون بلا قيود كـل الـحـقـوق مـتـنـازل عـنـها كـليـا إعادة الإستعمال وإعادة النشر ترجى وتشجع للجميع الرئيس المدير العام حسن بن محمد برهون رئيس التحرير ضرار الحضري Toute reproduction totale ou partielle est permise et totalement encouragée pour tout le monde Président-Directeur Général Hassan Ben Mohamed BARHON Rédacteur en Chef Derar HADRI Dossier de Presse :13/2005 الــمــرجــــع الإيداع القانوني وملف الصحافة ج Dépôt legal : 2006/0038 - CIN:352158N°1529/2006 ٌٌRSL