dimanche, juillet 09, 2006

Carton rouge pour le Maroc et l’Espagne

Communiqué de l’ASDHOM

Droits de l’Homme :
Carton rouge pour le Maroc et l’Espagne
ASDHOM21ter, rue Voltaire 75011 Paris
www.asdhom.org
asdhom@asdhom.org
azi abdel abd20222@yahoo.fr


Rabat : Droit de manifestation endeuillé
Ce qui devait être une marche pacifique sans histoire a tourné au drame le jeudi 29 juin 2006 à Rabat quand les forces de l’ordre ont chargé des milliers de manifestants venus de tout le Maroc à l’appel de l’Union Marocaine du Travail et la Confédération Démocratique du Travail -secteur des communes- pour exercer un droit élémentaire : revendiquer l’amélioration de ses conditions de travail.
L’intervention haineuse des forces de l’ordre est contraire à l’esprit de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants que le Maroc a signée le 8 janvier 1986 et ratifiée le 21 juin 1993. La mort de Moustapha Laâraj, secrétaire général de l’UMT de Tifelt nous rappelle tristement que la police au Maroc n’a pas encore accédé à l’assimilation des notions relatives à la protection des manifestants comme c’est le cas dans un Etat se réclamant de l’Etat de droit.

Melilla : Droit de circulation endeuillé
A des centaines de kilomètres de la capitale et à quelques jours avant la conférence intergouvernementale qui réunira les 10 et 11 juillet 2006 à Rabat l’Union Européenne et quelques pays d’Afrique sur la gestion du flux migratoire, trois migrants subsahariens ont trouvé la mort en tentant de franchir les murailles barbelées mises en place par l’Espagne autour de Melilla. Ces murailles, équipées d’un système SIRGA -flashs électriques éblouissant la vue- sont de plus en plus hautes et nécessairement meurtrières.
Les 30 juin et 1er juillet 2006, les centaines de participants venus d’Afrique, d’Europe et du Canada représenter leurs ONG à la Conférence non gouvernementale de Rabat sur les migrations, les droits fondamentaux des migrants et le droit de circulation ont adopté un manifeste pour interpeller les gouvernements d’Europe comme ceux d’Afrique sur leurs politiques migratoires. Le manifeste rappelle notamment que le droit de circulation doit être garanti partout comme l’exige la Déclaration universelle des droits de l’Homme dans son article 13.

Elections: la citoyenneté endeuillée
Alors que l'opinion publique s'attendait à l'expression d'une volonté politique du pouvoir marocain de satisfaire à la revendication de la communauté marocaine à l'étranger d'organiser des élections "plus transparentes" en 2007, un communiqué du gouvernement marocain vient de donner le ton et livrer sa sentence : RIEN NE CHANGERA. En plus de l'exclusion de fait des mouvements politiques non représentés au parlement, les marocains résidant à l'étranger (près de 10% de la population) ne jouiront pas de leur droit constitutionnel.

L'ASDHOM constate avec affliction que le discours officiel -toutes versions et interprétations confondues- n'a pas changé et que le droit est encore loin de constituer une valeur d'exigence et de réalité dans notre pays. Les autorités marocaines n'ont pas apporté les garanties constitutionnelles qui auraient abouti à des élections libres et démocratiques, et à confirmer les résidents marocains à l'Etranger dans leur citoyenneté.

VOLONTE intentionnelle et programmée d'un processus trompeur et sournois, trop médiatisé, mené tambours battants et qui vient d'accoucher des mêmes règles d'avant 1999. La démocratie n’est pas encore à l’ordre du jour. ECHEC du Maroc en quête d’équité et de justice. VICTOIRE encore de la politique des années de plomb. De l’arbitraire.



L’ASDHOM interpelle les autorités marocaines sur la mort de Moustapha Laâraj et exige une enquête impartiale pour déterminer les responsabilités et traduire les coupables devant la justice.
L’ASDHOM, présente à la conférence non gouvernementale de Rabat s’associe au manifeste pour dénoncer la politique et la gestion du flux migratoire pratiquées par l’Union Européenne et le Maroc. Elle considère que l’externalisation des frontières de l’Europe constitue un mépris et une négation des droits humains des migrants pourtant garantis par les traités et les conventions internationaux.


Bureau exécutif
Paris, le 5 juillet 2006

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Google Groups Abonnement au Reporters Sans Limites Press Google Groupes الإنخراط في صحافيون بلا قيود
E-mail :
Consulter les archives sur groups.google.fr
  • صحافيون بلا قيود كـل الـحـقـوق مـتـنـازل عـنـها كـليـا إعادة الإستعمال وإعادة النشر ترجى وتشجع للجميع الرئيس المدير العام حسن بن محمد برهون رئيس التحرير ضرار الحضري Toute reproduction totale ou partielle est permise et totalement encouragée pour tout le monde Président-Directeur Général Hassan Ben Mohamed BARHON Rédacteur en Chef Derar HADRI Dossier de Presse :13/2005 الــمــرجــــع الإيداع القانوني وملف الصحافة ج Dépôt legal : 2006/0038 - CIN:352158N°1529/2006 ٌٌRSL