vendredi, juin 30, 2006

a signer


agustin

"Isabelle Saint-Saens" iss@kein.org
manifeste a signer
apres l'action de Barceloneversions in English, Spanish and Italiano athttp://communia.org/caravana/reply/reply.php?loc=1French versionVoici un manifeste soumis à la signature de collectifs et d’individusqui souhaitent dénoncer la politique européenne des frontières etexiger la fermeture des Centres d'enfermement des étrangers et leretrait de toutes les poursuites après l'action du 24 juin 2006 menéecontre le centre d’enfermement pour étrangers de Zona Franca àBarcelone.Vous pouvez signer ce manifeste en lignehttp://communia.org/caravana/reply/reply.php?loc=1(texte du manifeste en plusieurs langues)Vous pouvez également écrire àemma@samizdat.net oufatimatta@sindominio.netPlus d'informations sur la seconde caravane européenne pour laliberté de circulation (Barcelone 24-25 juin 2006) dans le cadre delaquelle s'est déroulée l'action de Zona Franca : - en françaishttp://pajol.eu.org/rubrique184.html- en espagnol http://communia.org/caravana/- en italien http://www.meltingpot.org/articolo7891.html----------Barcelone, Europe, juin 2006MANIFESTEContre la politique européenne des frontières, pour la fermeture desCentres d'enfermement des étrangers, pour le retrait de toutes lescharges après l'action du 24 juin 2006 contre le centre de détentionde Zona Franca (Barcelone).Depuis l'automne dernier, les images de l'horreur que produit lerégime européen des frontières ne cessent de nous parvenir par lapresse, la télévision, les blogs… Les morts sur les grillages deCeuta et Melilla, les expulsions en plein désert du Sahara, lesnaufrages sur les côtes des Iles Canaries, les accords bilatérauxsignés par certains pays africains par lesquels ils expulsent les non-nationaux en échange de contreparties financières considérables,l'envoi par l'Union européenne de patrouilles navales et aériennespour contrôler les côtes des Iles Canaries et de l'AfriqueOccidentale... Ces images sont celles d'une guerre qui ne dit pas sonnom, menée aux frontières extérieures européennes contre des hommeset des femmes dont le seul crime est d'avoir tenté d'arriver enEurope, à la recherche d'une vie meilleure.Les migrations Sud-Nord, tout comme par le passé les migrationscampagne-ville, sont un processus irréversible. Pourtant, l'Unioneuropéenne s'obstine à ne traiter cette question que sur le moderépressif. Non seulement à «l'extérieur», aux frontières externes del'UE ou dans les pays de transit migratoire, sous-traitants de lagestion des mouvements de personnes vers l'Europe. Mais aussi, deplus en plus, dans nos villes : les contrôles d'identité semultiplient partout - stations de métro, agences de voyages, bureauxde poste. L'objectif n'est pas tant d'identifier et d'expulser tousles migrants extra-communautaires sans permis de séjour que de fairepeser sur eux en permanence la menace de l'expulsion, et de maintenirune partie de plus en plus importante de la population dans un statutsubalterne. Ainsi, les citoyens et citoyennes migrant(e)s extra-communautaires qui vivent et travaillent dans l'UE voient leur statutlégal, leur sécurité, leur liberté de circulation soumis àl'arbitraire de législations d'exception. La peur et l'incertitudeimprègnent leurs vies mais aussi nos villes et notre quotidien.Les événements du samedi 24 juin 2006 dans le CIE (Centro deIntarnemiento para Extranjeros) de Zona Franca situé dans la banlieuede Barcelone, un centre de détention pour étrangers en construction,sont une preuve supplémentaire de la politique répressive,exclusivement policière et militaire, adoptée par le gouvernementZapatero et par tous les gouvernements de l'UE dans leur politiquedes frontières. Ils le sont par le lieu où ils se sont déroulés : lesCentres de détention sont l'exemple même de l'arbitraire et du dénides droits qui fondent le régime européen des frontières. Dans cesprisons pour migrants sont enfermées des personnes dont le seul crimeest d'exister et de vouloir habiter, travailler et cohabiter là oùils ne sont pas nés. Le CIE en construction à Zona Franca, qui doublele nombre de places de celui existant déjà en centre ville à LaVerneda, est situé dans un lieu isolé et difficile d'accès, ajoutantainsi à l'horreur, loin de la vue des bien-pensants. L’occupation etle démontage du CIE de Zona Franca a mis en lumière le déchaînementde la réaction policière contre tous ceux qui dénoncent lesfrontières, et, citoyens d'Europe, rejettent cette politique menéeprétendument au nom de notre sécurité. La détention pendant plus de48 heures des 59 personnes (relâchés le lundi 26 juin au soir) quisont entrées dans le CIE, dont deux avocats et deux journalistes, lesaccusations mensongères, le traitement vexatoire dans les locauxpoliciers, en réponse à une action pacifique, ne peuvent que susciterindignation et rejet.C'est pourquoi nous, signataires de ce manifeste, sommes solidairesde tous ceux qui, immigrant vers l'Europe, affrontent humiliations,soumission et coups, et de la centaine d'hommes et de femmes venus detoute l'Europe pour, par cette action pacifique, attirer l'attentionsur le nouveau centre de détention avant son inauguration et étendreainsi le mouvement contre tous les lieux d'enfermement des étrangersen Europe.Nous exigeons :- le retrait de toutes les charges contre tous les détenus ;- que Barcelone soit déclarée «ville libre», sans centred’enfermement pour étrangers ;-la régularisation inconditionnelle de tous les immigrants en Europe ;-la fin de la politique policière et militaire des frontières.Vous pouvez signer ce manifeste en lignehttp://communia.org/caravana/reply/reply.php?loc=1(texte du manifeste en plusieurs langues)Vous pouvez également écrire àemma@samizdat.net oufatimatta@sindominio.netPlus d'informations sur la seconde caravane européenne pour laliberté de circulation (Barcelone 24-25 juin 2006) dans le cadre delaquelle s'est déroulée l'action de Zona Franca : - en françaishttp://pajol.eu.org/rubrique184.html- en espagnol http://communia.org/caravana/- en italien http://www.meltingpot.org/articolo7891.htmlMigreurop@rezo.net* abonnement/desabonnement via le web a
abonnement par mail : ecrire a
desabonnement par mail : ecrire a migreurop-off@rezo.net* archives : http://listes.rezo.net/mailman/private/migreurop/liste.html

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Google Groups Abonnement au Reporters Sans Limites Press Google Groupes الإنخراط في صحافيون بلا قيود
E-mail :
Consulter les archives sur groups.google.fr
  • صحافيون بلا قيود كـل الـحـقـوق مـتـنـازل عـنـها كـليـا إعادة الإستعمال وإعادة النشر ترجى وتشجع للجميع الرئيس المدير العام حسن بن محمد برهون رئيس التحرير ضرار الحضري Toute reproduction totale ou partielle est permise et totalement encouragée pour tout le monde Président-Directeur Général Hassan Ben Mohamed BARHON Rédacteur en Chef Derar HADRI Dossier de Presse :13/2005 الــمــرجــــع الإيداع القانوني وملف الصحافة ج Dépôt legal : 2006/0038 - CIN:352158N°1529/2006 ٌٌRSL