jeudi, juin 29, 2006

à propos du Sahara Marocaine

anouar nourdine
SPS-listes <listes@spsrasd.info>

SPS
MAROC/DROITS HUMAINS/AMNESTY
Ilal Amam et Ennahdj Eddimocrati
réitérent leur soutien
à l'autodetermination du peuple sahraoui
Bruxelles, 27/06/2006 (SPS) Le mouvement progressiste Ilal Amam (En avant) et le parti Ennahdj Eddimocrati (voie démocratique) ont réitéré dimanche soir à Bruxelles leur soutien au droit à l'autodétermination du peuple sahraoui sous les auspices de l'ONU, au cours d'une conférence-débat organisée par l'Union des jeunes progressistes arabes (UJPA) de Belgique, rapporte le correspondant de l'APS. La conférence a réuni, pour la première fois depuis l'occupation du Sahara Occidental par le Maroc, le représentant du front Polisario en Europe, M. Mohamed Sidati, et les représentants du mouvement Ilal Amam, ainsi que des responsables du parti Ennahdj Eddimocrati, respectivement MM. Menebhi Abdelaziz et Aziz Mkichri. La position de ce parti de gauche, rejoint celle de l'ONU, à savoir permettre au peuple sahraoui de s'exprimer librement sur son destin à travers l'organisation d'un référendum d'autodétermination, a souligné Mkichri au cours de la rencontre qui s'est déroulée dans un climat chaleureux et empreint de fraternité. Pour M. Menebhi, "la lutte des peuples sahraoui et marocain est commune. Elle est dirigée contre le régime makhzénien qui continue de sévir", un régime qui constitue, a-t-il dit, un "obstacle à l'édification d'un Maghreb des peuples comprenant le peuple de la RASD". Les responsables des deux formations politiques marocaines ont ainsi réaffirmé leur reconnaissance du peuple sahraoui et son droit à un référendum d'autodétermination sous l'égide de l'ONU, battant ainsi en brèche l'idée de l'unanimité de la classe politique marocaine sur la "marocanité du Sahara". Les deux responsables politiques marocains, tout en proclamant leur "nationalisme", estiment que le peuple marocain comme le peuple sahraoui pâtissent du même "pouvoir féodal", et, partant, leur soutien à l'autodétermination du peuple sahraoui participe de la même logique d'émancipation du peuple marocain du "makhzen". M. Menebhi, co-fondateur d'Ilal Amam, ancien prisonnier politique au Maroc (1975-1995), a rappelé que l'histoire de son mouvement est intimement liée au combat du peuple sahraoui pour l'indépendance contre le colonialisme espagnol et ensuite «contre l'expansionnisme» de la monarchie marocaine. M. Menebhi a rappelé à l'assistance que l'Union nationale des étudiants marocains (UNEM) qu'il a présidée au début des années 1970, avait adopté une résolution appelant à l'autodétermination du peuple sahraoui, avant même la création du Front Polisario. Le 15ème congrès de l'UNEM (12 au 18 Août 1972) a adopté cette résolution de "reconnaissance et de soutien", se souvient-il, "le jour même ou le général Oufkir tentait le second putsch contre le Roi Hassan II". La création du Front Polisario, témoigne le militant marocain aux convictions intactes, a correspondu à "une maturation de la lutte séculaire du peuple sahraoui", ajoutant que le début des années 70 a constitué le moment clé de la lutte du peuple sahraouie, à l'image du 8 mai 1945 en Algérie. En 1970, les autorités coloniales espagnoles ont réprimé dans le sang les populations civiles sahraouies qui ont manifesté pacifiquement contre la colonisation espagnole à Zemla, quartier populaire d'El Aaiun, la capitaleoccupée du Sahara Occidental. Les rescapés de ce "massacre", les élites des "populations locales brimées", les intellectuels sahraouis dont ceux qui militaient à l'UNEM, sont parvenu à la conviction que la lutte pacifique contre l'occupation espagnole avec la "complicité" du trône alaouite, avait atteint ses limites, a-t-il poursuivi. Le représentant du Front Polisario, qui a évoqué, pour sa part, la genèse de la lutte du peuple sahraoui pour son indépendance, a souligné que cette lutte "a atteint aujourd'hui une nouvelle phase, avec le déclenchement de l'Intifada menée par des jeunes de la troisième génération, plus radicaux que leurs aînés, malgré 30 ans d'oppression, de marginalisation et de tentative d'assimilation". Aussi, répond-il à des questionnements, l'idée d'une troisième voie, d'une "autonomie renforcée", dont le Maroc, a-t-il dit, "n'arrive même à convaincre ses alliés européens encore moins l'ONU", est "anachronique" et rejetée catégoriquement par le Front Polisario et le peuple sahraoui. "Le pouvoir marocain, pris de court par cette Intifada, tente par cette dérobade de détourner le processus de décolonisation du Sahara Occidental, faire face à l'Intifada qui mobilise les deux tiers des forces de répression marocaines et vider de sa substance ce mouvement pour sortir de l'isolement auquel l'a conduit son aveuglement", a expliqué M. Sidati. (SPS)010/090/700 271509 jun 06 SPS[Les parties de ce message comportant autre chose que du texte seul on été supprimées]

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Google Groups Abonnement au Reporters Sans Limites Press Google Groupes الإنخراط في صحافيون بلا قيود
E-mail :
Consulter les archives sur groups.google.fr
  • صحافيون بلا قيود كـل الـحـقـوق مـتـنـازل عـنـها كـليـا إعادة الإستعمال وإعادة النشر ترجى وتشجع للجميع الرئيس المدير العام حسن بن محمد برهون رئيس التحرير ضرار الحضري Toute reproduction totale ou partielle est permise et totalement encouragée pour tout le monde Président-Directeur Général Hassan Ben Mohamed BARHON Rédacteur en Chef Derar HADRI Dossier de Presse :13/2005 الــمــرجــــع الإيداع القانوني وملف الصحافة ج Dépôt legal : 2006/0038 - CIN:352158N°1529/2006 ٌٌRSL